Bien être

Est-ce que le bonheur influence la mortalité ?

Selon une étude menée par des chercheurs d’Oxford, publiée dans The Lancet et nommée « UK Million Women Study », le bonheur ne ferait pas vivre plus longtemps et le fait d’être malheureux ne vous donnera pas une vie plus courte !

Cadre de l’étude

Être en mauvaise santé rend malheureux et augmente le risque de mortalité. Les précédents rapports sur le lien entre bonheur et mortalité démontrent que les personnes malheureuses à cause de leur mauvaise santé auraient un risque plus élevé de mourir. Par ailleurs, la tristesse peut être associée à des facteurs de style de vie pouvant affecter la mortalité. Cette étude a cherché à établir si, après avoir tenu compte de la mauvaise santé et du mode de vie des gens tristes, il existait une preuve selon laquelle le bonheur ou le bien-être général pouvaient influencer et réduire directement la mortalité.

Personnes heureuses et malheureuses : même taux de mortalité

Pendant dix ans, sur 719 671 femmes britanniques âgées en moyenne de 59 ans, l’étude a montré que 39% des participantes se sont estimées heureuses la plupart du temps, 44% habituellement et 17% malheureuses. Pendant ces 10 années d’étude, 30 000 femmes sont décédées et parmi ces décès, le taux de mortalité était le même chez les femmes malheureuses que chez les femmes heureuses.

Pas de lien entre bonheur et mortalité

Le docteur Bette Liu, auteure principale de l’étude ainsi que son équipe de scientifique, ont conclu qu’il n’existait pas de lien entre le malheur et l’augmentation de la mortalité chez les femmes. Si la maladie peut rendre malheureux, le malheur ne rend pas malade. Le malheur n’aurait donc aucun impact direct sur le taux de mortalité.

Autres causes

« Plusieurs croient encore que le stress ou le malheur peuvent causer directement la maladie, mais ils confondent tout simplement cause et effet », affirme aussi le docteur Richard Peto, coauteur de l’étude.

Chez les femmes, la plupart du temps, le mal-être ou la tristesse sont associés au mode de vie : l’anxiété, l’asthme, le diabète, l’hypertension, le manque d’exercice, le célibat ou encore le tabagisme. Ce qui se remarque chez les femmes déjà en mauvaise santé, c’est la tendance à se sentir malheureuses, tristes, en perte de contrôle et stressées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *