Maman & Bébé

L’allaitement : oui ou non ?

 » L’allaitement stimule la santé d’un enfant, son QI, ses performances scolaires et son revenu à l’âge adulte ». Ce message de l’Unicef (Fonds des Nations unies pour l’enfance), posté sur un réseau social en 2016, a affolé la toile qui a jugé le message sexiste et culpabilisant pour les femmes qui n’allaitent pas.

La Haute Autorité de Santé préconise un allaitement exclusif pendant les 6 premiers mois de la vie de l’enfant. L’OMS estime que si un bébé était allaité jusqu’à l’âge de 2 ans, on sauverait près de 800 000 vies chaque année dans les pays où les conditions économiques et d’hygiène demeurent précaires.

Le lait maternel permet de satisfaire à lui seul les besoins du nourrisson pendant les 6 premiers mois. Cependant, une étude (étude Elfe), montre que la durée d’allaitement en France est loin des 6 mois d’allaitement exclusif. L’allaitement a des effets bénéfiques à court et long terme sur la santé de l’enfant et de sa mère.

  CONTEXTE

Dans les pays industrialisés, l’allaitement est associé à une diminution de risque de diarrhées aiguës, d’otites aiguës et d’infections respiratoires sévères, génératrices d’hospitalisations, à une diminution du risque d’asthme et d’eczéma pendant les 2-3 premières années de la vie chez les enfants à risque d’allergie, ainsi qu’à une diminution du risque d’obésité et de surpoids, de diabète, de maladie cœliaque et de maladies inflammatoires du tube digestif. Il y a donc de nombreux effets bénéfiques à l’allaitement, ce qui fait qu’il est aujourd’hui important d’augmenter son utilisation mais aussi sa durée.

  CONTRE-INDICATIONS

Il y a contre-indication uniquement dans les cas où l’allaitement peut mettre en danger la santé du bébé ou de la mère.

L’infection par le VIH, le HTLV-1, les CMV (cytomégalovirus), et les traitements chimiothérapiques sont des contre-indications formelles à l’allaitement , ainsi que la galactosémie congénitale (déficience enzymatique rendant toxique le galactose du lait par sa non-transformation).

D’autres troubles du métabolisme, également rares, empêchent au moins partiellement l’allaitement comme la phénylcétonurie (dépistée par le test de Guthrie à la naissance) et la leucinose  (ou maladie des urines à odeur de sirop d’érable).

Un herpès avec lésions buccales chez le bébé, ou herpès des seins impose un sevrage temporaire, afin d’éviter une contamination. L’infection d’un sein par engorgement (lymphangite ou abcès) n’exclut pas l’allaitement, mais il faut le vider avec un tire-lait et jeter  le lait contaminé.

Les contre-indications relatives sont : tuberculose évolutive, psychose, prise de médicaments toxiques (antithyroïdiens de synthèse en particulier).

Les contre-indications temporaires sont : la prise maternelle de toxiques (alcool, cannabis…).

Les maladies virales banales ne compromettent pas l’allaitement : rubéole, rougeole, oreillons, varicelle (sauf si elle apparaît dans les cinq jours précédant l’accouchement, auquel cas certains conseillent de séparer l’enfant de sa mère jusqu’à ce qu’elle ne soit plus contagieuse).

  ALLAITEMENT ET MÉDICAMENTS

L’automédication est à proscrire. Le médecin choisira un médicament compatible avec l’allaitement selon les pathologies. En cas de maladies courantes (grippe, bronchite, angine, gastro-entérite, etc.), interrompre l’allaitement ne se justifie pas. Il faut commencer par se laver les mains régulièrement (pour la mère et le bébé) pour éviter les risques de contamination.

La prise de paracétamol à dose habituelle est possible ainsi que tout traitement local comme spray nasal ou buccal. En cas de fièvre inexpliquée, il est préférable de suspendre l’allaitement et de consulter un médecin.

Les associations de médicaments sont, elles, à éviter, et certains antibiotiques, psychotropes, chimiothérapies interdits. Tous les antibiotiques qui passent dans le lait peuvent exposer l’enfant au risque de sensibilisation (possibilité de réactions allergiques ultérieures) et de modification de la flore intestinale (candidose, diarrhée).

Pour d’autres renseignements consulter votre médecin qui saura vous guider justement.

  PRÉVENTION ET CONSEILS

La plupart des nourrissons allaités ont besoin de téter fréquemment, y compris la nuit (souvent davantage que les 6 à 7 tétées préconisées habituellement). Il est important de savoir que la mère doit uniquement proposer l’autre sein à son bébé lorsqu’il s’arrête de téter de lui-même le premier.

Une sensibilité douloureuse est souvent inévitable au début de l’allaitement. L’utilisation de protège-mamelons et de baumes  peuvent soulager la douleur. 

Cliquez sur cette image pour découvrir les protège-mamelons de Medela en vente sur SOSBobo à 9,98€ !

Cliquez sur cette image pour découvrir le baume d’allaitement Nuby en vente sur SOSBobo à 6,18€ !

L’engorgement mammaire devient pathologique s’il s’accompagne de fièvre, de frissons, de douleur et d’une gêne à l’écoulement du lait. Il peut évoluer vers une mastite si des mesures rapides ne sont pas prises. Si vous êtes sujet à un engorgement mammaire, un recours temporaire à un tire-lait peut être nécessaire.

Cliquez sur cette image pour découvrir le tire-lait de Nuby en vente sur SOSBobo à 16,95€ !

Si vous observez des crevasses sur vos seins, il est préférable de réduire les durées d’allaitement mais de les faire plus régulièrement.

L’activité physique n’est pas un obstacle à l’allaitement tout comme l’alimentation. Seulement la caféine et l’alcool sont à bannir.

Les recommandations internationales conseillent de ne prescrire, chez la femme qui allaite, une contraception hormonale progestative qu’à partir de la 6e semaine du post-partum. Les prescriptions proposées pour se prémunir d’une éventuelle ovulation précoce, sont infondées, excessives et inutiles en cas d’allaitement complet, et les œstroprogestatifs sont déconseillés pendant toute la durée de l’allaitement.

Retrouvez également en vente sur notre site SOSBobo, les coussinets d’allaitements jetables Nuby à 3,74 € !

 

Après la journée mondiale de l’allaitement qui a eu lieu ce 29 mars,
la Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel est prévue en France du 15 au 22 octobre 2017.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *