A savoir/ Bien être

Les grasses matinées seraient mauvaises pour la santé

Un rythme de sommeil irrégulier favoriserait un diabète de type 2 et des maladies cardiovasculaires, c’est ce qu’a démontré une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism.

Des résultats surprenants

Les chercheurs de l’université de Pittsburgh en Pennsylvanie ont étudié le sommeil de 447 Américains de 30 à 54 ans, qui déclarent, pour 85% d’entre eux, se lever plus tard un jour de congé. Plus le décalage dans le rythme de sommeil est important, plus les personnes présentent un mauvais taux de cholestérol. En d’autres termes, se lever tôt la semaine et dormir tard le week-end influerait sur l’équilibre de notre sommeil et sur notre santé.

Pour ces 85% de personnes qui se lèvent tard le week-end, non seulement le taux de cholestérol est plus élevé mais l’IMC est plus fort et le taux de résistance à l’insuline plus important. Leur tour de taille serait aussi plus important.

Le fait d’avoir des heures de sommeil décalées entre les jours travaillés et les jours de congés serait du à une inadéquation entre le rythme circadien biologique individuel et l’emploi du temps de sommeil imposé dans nos vies sociales. On connaissait déjà l’influence du sommeil sur notre santé, une précédente étude ayant démontré qu’une seule mauvaise nuit de sommeil pouvait correspondre à six mois d’un régime alimentaire gras.

Dormir le même nombre d’heures et se lever toujours à la même heure serait donc meilleur pour la santé. L’idéal serait de dormir en moyenne 7 heures par nuit… À vos réveils !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *